FIP FCPI

FIP FCPI
FCPI et FIP- quelles sont les différences ?
Le critère d’investissement du FIP est celui de la PME de proximité, alors que celui du FCPI est celui de la société non cotée innovante.
En principe le FIP investit dans des sociétés plus avancées en développement que celles dans lesquelles investit le FCPI. Ainsi le risque est potentiellement un peu plus faible, ainsi que l’espérance de gain.

FIP et FCPI – les questions à se poser ?
Possédez-vous des actifs financiers ?
Quel est le montant de votre imposition à l’impôt sur le revenu ?
Quel est le montant de votre imposition à l’impôt de solidarité sur la fortune ?
Quelle est votre sensibilité au risque ?
Souhaitez-vous investir dans le secteur des entreprises innovantes ?
Quel est votre horizon d’investissement ?
Acceptez-vous, en contrepartie des avantages fiscaux, d’immobiliser un capital sur une durée supérieure à 5 ans?

FIP et FCPI – un investissement sur le long terme

La majorité des sociétés de gestion fixe d’ailleurs une période d’engagement allant de 6 à 10 ans pour sortir de leurs participations dans les meilleures conditions.
En conséquence, avant de souscrire à un FIP, l’investisseur doit s’assurer de ne pas avoir besoin des sommes investies avant la clôture du fonds choisi.
Par ailleurs, les performances suivent une tendance exponentielle, le facteur temps est donc essentiel.

FIP et FCPI – avantages :
Nous vous présentons la sélection de FIP – FCPI auprès de 7 Sociétés de Gestion spécialisées
Cette solution panachée vous permet de pondérer le risque financier grâce à la mutualisation sur 3 critères : Secteur d’activité – Zone géographique – Equipe de gestion
Notre Cabinet offre également à ses clients, une gestion globale administrative centralisée de leurs divers compte titres, compte PEA et différentes Assurance Vie…via leur accès web client…offre centralisée impossible à trouver pour un client multi bancarisé.

FIP et FCPI – inconvénients :
Actifs financiers risqués.
Conserver les parts au moins 5 ans à compter de la souscription : remise en cause de l’avantage fiscal en cas de vente des titres avant 5 ans.
Aucune garantie de capital et liquidité faible.
Pas d’imputation de la moins-value si la plus-value avait été exonérée
Aucune garantie de rendement et de plus-value
Réduction non reportable sur les impositions des années suivantes.

FIP et FCPI – quelle réduction d’impôt à l’IR ?
Dispositif classique :
La réduction d’impôt est égale à 18 % des versements annuels nets de frais de souscription, retenus dans les limites annuelles de :
12 000 € pour les personnes seules, soit une réduction d’impôt maximum de 2 160 €,
24 000 € pour les couples mariés ou liés par un PACS soumis à une imposition commune, soit une réduction d’impôt maximum de 4 320 €.

FIP et FCPI – réduction d’impôt à l’ISF
La réduction d’impôt est égale à 50 % des versements annuels nets de frais de souscription, le montant de la réduction d’ISF au moyen de souscription de FIP, FCPI et FCPR au titre d’une même année ne peut dépasser 18 000 €
Les versements pris en compte sont ceux réalisés entre la date limite de dépôt de la déclaration ISF de l’année précédant (16 juin N-1) et celle de l’année d’imposition (15 juin N).

FIP et FCPI- remarques
Des arbitrages entre la réduction d’impôt sur le revenu et d’impôt de solidarité sur la fortune doivent être opérés.
Investir dans le secteur des petites et moyennes entreprises dites de proximité d’une même zone géographique, dont 20 % au moins dans des entreprises nouvelles de moins de 8 ans.
Potentiel de performances élevées, supérieures à celles des fonds traditionnels.
Les plus-values de cession sont exonérées d’impôt (hors prélèvements sociaux).
Diversification du patrimoine avec un investissement dans le secteur non-côté.
Avantages d’un investissement en OPCVM : mutualisation des risques, aucun souci de gestion car réalisée par des professionnels sous le contrôle de l’AMF, ne nécessite ni moyens financiers considérables ni connaissances très approfondies en Bourse …

Pour bénéficier de la réduction d’impôt, les souscripteurs doivent joindre à leur déclaration de revenus une copie de l’engagement de conservation des parts établie lors de sa souscription ainsi que l’état individuel qui leur est adressé chaque année par le gestionnaire du fonds


FIP et FCPI – les parts doivent-elles être déclarées à l’ISF et pour quelle valeur ?

Les parts de FIP entrent dans l’assiette taxable au titre de l’ISF. La valeur à déclarer est la dernière valeur connue au 1er janvier de l’année d’imposition.
Néanmoins, les FIP éligibles à la réduction d’impôt ISF sont exonérés à hauteur de leur quote-part investie dans des actifs éligibles à la réduction d’ISF